Accueil Culture Faire du Nia à Pékin, un bon moyen d’oublier la grisaille