Accueil Culture Le nouveau chinois: les « esclaves du logement »