Un 35 mai en Chine

Comme chaque année, les censeurs chinois sont sur le pont pour éliminer toute référence au 4 juin 1989, date de la répression du Mouvement démocratique de la place Tiananmen. Et comme chaque année, les internautes chinois contournent la censure.

Sur les réseaux sociaux, cette image tragiquement drôle, sur laquelle les fameux chars stoppés par un seul homme sont remplacés par un ... canard jaune en plastique. On ignore la durée de vie de cette image avant d’être repérée et « harmonisée » par les censeurs.

bl4ue7scuaainfa.jpg_large.jpeg
Les canards remplacent les chars
twitter

L’irruption du canard virtuel place Tiananmen a été inspirée par l’apparition d’un véritable canard flottant géant à Hong Kong le mois dernier, à l’occasion d’une performance artistique. Ce canard avait sombré après avoir fait la une des journaux...

Nous sommes le 35 mai...

En avril dernier, le journaliste Chang Ping, contraint à l’exil par le harcèlement policier après une violente campagne politique contre lui, avait expliqué au public du Théâtre du Rond Point, en partenariat avec Rue89, les différentes méthodes de contournement de la censure du web chinois.

L’humour est l’une de ces méthodes, comme partout. Il avait cité l’exemple du calendrier : au lieu de dire 4 juin, mot-clé certain d’être censuré par les logiciels de surveillance, les internautes chinois parlent du ... 35 mai !

En attendant, ce premier « 4 juin » du nouveau président Xi Jinping, ressemble aux précédents : vigilance policière et censure du web, et absence de geste d’apaisement envers une génération qui reste marquée par l’écrasement dans le sang du « Printemps de Pékin ».

Avec notre partenaire:
0


0
Login or register to post comments