Accueil Culture Une premiere pierre pour oublier la brouille franco-chinoise